Site du seul mariage royal d’Ottawa, des funérailles nationales de sir Robert Borden, des vitraux commémoratifs de la Première Guerre mondiale, et d’une tour de neuf cloches

Construite en 1899 sur la rue Chapel par sir Henry Newell Bate, l’un des hommes d’affaires les plus importants d’Ottawa et le premier président de la Commission d’amélioration d’Ottawa (prédécesseur de la Commission de la capitale nationale). Bate a fait don de l’église au diocèse anglican d’Ottawa en 1921. Ses enfants ont donné les cloches du carillon de l’église, et son troisième fils, Thomas Cameron, a fait don de Bate Hall en 1934.

L’église anglicane All Saints a été l’église paroissiale de plusieurs membres de l’élite politique, y compris de sir Robert Borden. À titre de premier ministre, Borden a joué un rôle de premier plan dans la réussite du Canada à être reconnu sur le plan international comme pays autonome. Il créa un gouvernement d’union durant la Première Guerre mondiale et instaura la conscription, l’une des politiques les plus controversées de l’histoire du Canada. Parallèlement, la Loi sur les élections en temps de guerre de Borden a ouvert la voie au droit de vote des femmes, en permettant aux sœurs, mères et épouses de soldats de voter lors de l’élection fédérale. Des problèmes de santé l’ont forcé à démissionner en 1920. Les funérailles nationales de sir Robert Borden ont été tenues à l’église anglicane All Saints en 1937. L’un des vitraux de l’église a été dédié en sa mémoire, and les autres vitraux à la mémoire des soldats tués dans la Première Guerre mondiale.

Le grand événement social de 1924 a été le mariage de Lois Booth au prince Erik du Danemark à l’église anglicane All Saints. Mackenzie King, sir Robert Borden et le gouverneur général y étaient tous présents. Le chef de police adjoint à ce moment-là a indiqué, « Hier après-midi, tous les hommes disponibles ont été mobilisés, mais dix hommes ne pouvaient pas contenir la foule de dix mille personnes, dont 90 % était composée de femmes qui ne faisaient pas ce qu’on leur disait de faire, souriant et riant plutôt tout le temps » [traduction] (Ottawa Journal, le 12 février 1924).

  • Adresse: 317, rue Chapel (façade sur l’avenue Laurier)