L’allée des premiers ministres pleure les enfants du pensionnat de Kamloops

Posté dans : News 0

L’Allée des premiers ministres affirme sa solidarité avec la Première Nation Tk’emlúps ainsi que tous les peuples autochtones et pleure les 215 enfants dont les restes ont été retrouvés récemment sur le terrain de l’ancien pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Cette nouvelle déchirante nous rappelle brutalement les atrocités commises contre les peuples autochtones dans tout le pays, et la sombre histoire du système des pensionnats indiens.

Il nous reste beaucoup de travail à faire en tant que nation pour nous réconcilier. Pour sa part, l’Allée des premiers ministres s’engage à raconter et à mettre en valeur les histoires des personnes touchées par les politiques et les décisions des dirigeants fédéraux du Canada. Les premiers ministres du Canada sont des personnages clivants; Sir John A. Macdonald, qui a créé le système des pensionnats indiens, en est l’exemple le plus illustre. Mais lorsque la dernière école a fermé ses portes en 1996, au moins 20 premier ministres différents avaient présidé cette institution dévoratrice de la culture et de la langue autochtone. Il aura fallu des générations de souffrance, soit jusqu’en 1951, sous la gouverne de Louis St-Laurent pour que le gouvernement fédéral ne commence à délaisser le modèle des pensionnats indiens. Cette lenteur est inexcusable; beaucoup trop d’années et beaucoup trop de vies ont été irrémédiablement affectées avant qu’on ne les ferme complètement. Des individus et des communautés autochtones sont toujours aux prises avec le traumatisme causé par l’héritage de ce système aujourd’hui.

Cette dernière découverte apporte un éclairage durement nécessaire sur les communautés réduites au silence et nous permet d’examiner les impacts des legs des premiers ministres afin de se construire une image plus complète du Canada passé et actuel.

L’Allée des premiers ministres s’est engagée à répondre à tous les appels à l’action pertinents de la Commission de vérité et réconciliation du Canada en ce qui concerne les musées et les archives. Les expériences et les perspectives des Premières Nations, des Métis et des Inuits étaient et demeurent toujours au cœur de ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *